Vie de l'entreprise

Les femmes françaises sont les plus ambitieuses du monde !

Info du jour : bonjour ! Les femmes françaises sont les plus ambitieuses du monde.

C’est la révélation du rapport « Global Gender Diversity 2016 » (la diversité du genre global) publié par le cabinet de recrutement britannique Hays dont l’objectif était de mettre en exergue la place des femmes dans l’économie et le monde du travail.

Cette étude a été réalisée à partir de sondages menés auprès de 11 500 personnes dans 24 pays entre novembre 2015 et janvier 2016.

Les individus ont eu à répondre à la question suivante : « aspirez-vous à atteindre une place de leadership – peu importe laquelle – au cours de votre carrière ? ».

Et à cette question, 64% de nos chères compatriotes ont répondu « OUI », ce qui les place en tête du podium de l’ambition féminine au travail dans le monde.

Si de tout temps, il y a toujours eu de bonnes raisons d’être fier de nos françaises, ce n’est que récemment que la femme a une place à part entière dans le monde du travail en France. Et encore ! Nous ne reviendrons pas ici sur l’inégalité salariale pourtant toujours d’actualité aux pays des droits de l’Homme et non pas de l’homme !

Combien de femmes, à l’époque, sont restées dans l’ombre ? Certaines ont même dû cacher leur condition féminine en prenant un nom masculin pour se faire entendre comme par exemple, Amantine Dupin qui écrivait sous le pseudonyme de George Sand.

Aujourd’hui, les femmes françaises aspirent à être reconnues autant que les hommes.

Elles ont des envies, la volonté d’accéder à des postes à responsabilité, d’entreprendre, de réussir etc.

Et pourtant, malgré leur ambition, on constate que les femmes occupent la plupart du temps des postes de management intermédiaire et que très peu d’entre elles sont à la tête de sociétés. On remarquera d’ailleurs qu’il n’y a pas encore de femmes PDG,  à la tête des entreprises du CAC 40 et qu’à un certain niveau direction leur présence est infime.

Il a même même fallu une loi dîte Copé-Zimmermann, pour tendre à un rééquilibrage en imposant un quota de 40% de femmes au sein des conseils d’administration d’ici 2017 !

Pourquoi ce paradoxe entre l’ambition féminine et la place qu’elles occupent réellement dans le monde du travail ?

Plusieurs facteurs seraient susceptibles d’expliquer le décalage entre l’ambition féminine française et leur place réelle dans la vie active :

– l’éducation des jeunes filles

– l’inégalité homme-femme en terme de salaire

– l’inégalité homme-femme en terme de répartition des tâches ménagères

– etc.

En effet, dans un premier temps, il faut reconnaitre que le passé a marqué les mentalités et que la société française n’a pas encore totalement évoluée en terme d’égalité homme-femme sur de nombreux sujets.

Vincent Cespedes, philosophe et essayiste français, met en exergue que « depuis l’aube du patriarcat, l’ambition est associée à la virilité ».

Pendant des années, la France a été une société patriarcale où le rôle de la femme était celui d’une mère, et malheureusement, inconsciemment, cette notion n’est pas totalement sortie des esprits. Les préjugés sont encore nombreux et les jeunes filles sont peu orientées et formées pour devenir chef d’entreprise. Le pouvoir reste l’apanage des hommes et ces derniers ont dû mal à le partager; ce qui relègue souvent les femmes à des postes de management de proximité.

Pour justifier cela, «  on a tendance à psychologiser l’ambition au féminin » explique Vincent Cespedes. « Comme si les ambitieuses ne cherchaient pas à atteindre le pouvoir mais à être heureuses ».

Pourtant, la définition de l’ambition est la même pour tous.

D’après le dictionnaire LAROUSSE, « l’ambition est le désir ardent de posséder quelque chose, de parvenir à quelque chose ». C’est donc bien la détermination à triompher, la volonté de réussir.

Est-il vrai qu’un homme considère qu’il a réussi s’il est à la tête de l’entreprise (PDG…)  alors qu’une femme aura le sentiment de s’accomplir professionnellement au travers d’un poste de direction ou de management peu importe qu’elle soit le sommet de la pyramide ou non ? Pas sûr !

Par ailleurs, nombreuses sont les femmes qui craignent de ne pas pouvoir concilier vie privée et vie professionnelle et qui font une croix sur leur carrière pour être présentes auprès de leur famille.

A ce sujet, l’observatoire des inégalités, dans un article publié le 29 avril 2016, dénonce l’inégale répartition des tâches domestiques entre les hommes et les femmes.

Selon cet article, «  en moyenne les femmes consacrent trois heures trente par jour aux tâches domestiques, contre deux heures pour les hommes ». Or cela a des répercussions autant sur la carrière des femmes que leurs engagements associatifs ou politiques.

En effet, tous ces facteurs produisent chez les femmes une forme d’autocensure, une crainte de ne pas être aptes à s’engager sur un poste à responsabilité ou dans l’entreprenariat. Cela peut expliquer également que, d’après l’Insee, seulement 40% des auto-entrepreneurs soient des femmes.

Comment les femmes se soutiennent-elles les unes les autres pour avoir plus d’influence ?

Face à ces injustices, les femmes se soutiennent et ces dernières années fleurissent des associations féminines, telle que Working Girl Project, qui a pour but de réunir des Business Women et les aider à développer leur réseau professionnel.

Cette association a but non lucratif fut créée en Octobre 2013 à l’initiative de Candice ZARKA, sa Présidente et de sa Vice-Présidente Gnanki DOKOTO.

Elle regroupe aujourd’hui 25 membres au parcours divers et variés ( avocate, graphiste, blogueuse, dirigeante d’une entreprise immobilière, dirigeante d’un centre de formation, dirigeante d’une entreprise de marque publicitaire par l’objet, experte-comptable…) qu’elle réunit lors de réunions mensuelles au cours desquelles sont également conviées des femmes salariées ou demandeuses d’emploi. Le but était de créer une interaction et des échanges d’affaires entre ces différentes femmes.

Exemple d’une femme ambitieuse et accomplie, Candice ZARKA, Présidente de « Working Girl Project » (WGP) est également la dirigeante d’un centre de formation FCPR et d’une société GENIOUS RH ayant pour objet l’accompagnement RH et ingénierie financière de formation.

Véritable femme d’affaires, elle enseigne, en outre, à l’école Sup des RH cherchant à éveiller des vocations d’entrepreneurs et d’entrepreneuses parmi ces élèves.

On constate donc que les femmes s’organisent afin d’avoir de l’influence autant dans le monde de l’économie et du travail que dans le domaine politique ou associatif.

Autre illustration d’une évolution des mentalités : certaines entreprises telles que l’Oréal s’engagent ouvertement pour la cause féminine.

Ainsi, la Fondation L’Oréal se bat pour la place des femmes dans le monde de la Science et organise chaque année un concours afin de mettre en lumière 5 femmes scientifiques brillantes et ambitieuses.

Ainsi, pour la 19ème édition du Prix « les Femmes et la Science », ce sont le professeur Niveen KHASHAB, le professeur Michelle SIMMONS, le professeur Nicola SPALDIN, le professeur Zhenan BAO et le professeur Maria Teresa RUIZ qui ont été récompensées par la Fondation l’Oréal et l’Unesco.

Les freins à l’ambition féminine sont nombreux mais ils s’amenuisent de jour en jour.

Pour soutenir, cette dernière, il faut continuer de mettre à mal les préjugés et les stéréotypes, former les jeunes filles et développer chez elles une culture entrepreneuriale. Fort heureusement, même s’il reste du chemin pour arriver à l’équilibre au travail entre l’homme et la femme, des progrès ont été faits en terme de parité grâce aux associations, lois et dispositifs qui incitent les entreprises à embaucher des femmes et à leur confier des responsabilités ou encouragent les femmes à créer ou reprendre une entreprise. Car quoi de plus ambitieux et satisfait que d’être son propre chef?

Les françaises sont ambitieuses, elles sont les futures entrepreneurs de demain.

Soutenons-les !

Capture d’écran 2017-01-09 à 18.10.07.png

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s